à propos

cropped-Photo-J.KEROUANTON1.jpgJoël Kérouanton. L’écriture, la lecture, ça n’a pas toujours été sa tasse de thé. Plutôt fond de classe, sport de glisse et tournée des bistrots. Un travail d’écriture qui le conduit, notamment, à s’embarquer éducateur spécialisé sur le Bâteau-Théâtre (pour un idiot culturel c’était fort de café), à collaborer avec des chorégraphes comme Sidi Larbi Cherkaoui (sans connaître outre mesure la danse), à réaliser des chroniques pour la revue d’art et société Cassandre / Horschamp (n’a jamais su écrire des chroniques, plutôt des histoires de spectateur face aux non-histoires que racontent les spectacles), à être responsable d’un parcours de recherche artistique dans un IRTS – institut supérieur en travail social (ou comment les pratiques artistiques (dé)forment les savoirs tous faits de l’accompagnement), à mener de rares résidences d’écrivain, mais longues comme au Lycée expérimental de Saint-Nazaire (prendre le temps d’aller vite pour rencontrer les gens, et créer une petite musique des mots commune). Ces aventures ont donné parfois un livre (qui n’avait pas été prévu d’être écrit). Elles auraient légèrement déformé son auteur. Qui ne cesse d’écrire (la nuit) et de mettre en jeu le lecteur ou le spectateur (le jour). D’ailleurs, le lecteur et le spectateur, ça l’a tellement travaillé que c’est devenu la matière même de son geste artistique. Des lecteurs et spectateurs d’horizons éloignés (très éloignés même) qu’il met en vis-à-vis lors de laboratoires de recherche et de création littéraire. Des aventures pendant lesquelles il croise la route d’écrivains Turbulents ! (des artistes avec autisme) et d’écrivains qui ne le sont pas moins (Arno Bertina, Fabienne Courtade, François Bégaudeau, Jean-Louis Giovannoni, Bernard Bretonnière, …). L’une de ces aventures, Le Dico du Spectateur, interroge : « Quel effet ça fait d’être un spectateur ? A priori on n’en sait rien. Pas plus que de savoir quel effet ça fait d’être une chauve-souris ».


Auteur de : Sidi Larbi Cherkaoui, rencontres, l’oeil d’or, Paris, 2004 ; Hors-scène, érès éditions, Toulouse, 2005 ; xp, Nuit Myrtide éditions, Lille, 2009 ; Trouble 307.23, Champ social éditions, Toulouse, 2011 ; Balises Xp (avec le Lycée expérimental de Saint-Nazaire), Nuit Myrtide  éditions, Lille, 2012 ; Ça déchrire à Rouen, Champ social éditions, Nîmes, 2012 ; Le Dico du Spectateur (en ligne), Atelier g-u-i, Paris, 2015. Contribution pour les revues : Hune, Remue.net, Poezibao, Cassandre / Horschamp, Mouvements, Journal de Toneelgeruis, Diotime – revue internationale de philosophie, Journal des grandes traversées, Praxis,  lesocial.org, Les cahiers de l’Actif, VST, EMPAN, Reliance, Plumes buissonnières, Lise Arnodel…

Dernier ouvrage paru : Myth(e), roman dansé, Éditions L’Œil du souffleur, 2016.

###########################################################################

Version resserrée. Vit à Saint-Nazaire (France) et dans les TGV/TER/RER/Métro/Bus. Mène un travail d’écriture autour de la danse et de l’art du spectateur, notamment dans les lieux où l’art ne va pas de soi (établissement psychiatrique, centre social, lycée, foyer de vie, milieu rural, espace public). Pour dire les aventures artistiques dans ces « contre-emplacements », cherche diverses formes d’écriture : poésie, récit, essai et fiction. Depuis 2008, par l’interface de son travail de création littéraire, initie des expériences où sont mises en vis-à-vis des communautés de spectateurs ou de lecteurs. Ces écritures en vis-à-vis se jouent dans les universités, les tiers-lieux, voire même dans les théâtres ou bibliothèques.


© Photos _ Gwennaël Saliou