Archives du mot-clé Chapiteaux-Turbulences !

[Marché de la poésie] Manger sa langue et goûter les mots aux Chapiteaux-Turbulences

                                           | 25 juin 2016 |

 

Avec l’atelier Maison des écrivains des Turbulents et le Marché de la poésie

On revisite Christophe Tarkos (« Caisses ») et Charles Bukoswky: (« Jouer du piano ivre comme d’un instrument à percussion jusqu’à ce que les doigts saignent un peu »). Deux livres coup de coeur partagés avec les
Turbulents, qui les ont mangé tout cru, non sans assaisonnement personnel… C’est demain à 16h30 et ça dépote ! La suite, à 17h30 : Jean Bosko et le TéATr’éPROUVèTe, Charles Pennequin, Christophe Lamios-Enos, Eric Maclos, Fabienne Yvert… avant un repas littéraire où nous « mangerons notre langue »… En savoir plus. 

[Marché de la poésie] – Installation avec les « Turbulents »

      | 11 juin 2016 |

AU MARCHÉ DE LA POÉSIE, AVEC LES « TURBULENTS », COMPAGNONS DE ROUTE ET D’ÉCRITURE. Ce sera le samedi 11 juin (11h30-14h30) place Saint-Sulpice à Paris, lors d’une installation, un « atelier public d’écriture éphémère », avec lecture sur la scène du Marché à 14h00. Il n’y aura qu’à suivre la proposition d’Alexandre B., un des écrivains « Turbulents » : « Ozons changer la langue Française, / Champ g l’inné luc table / Mets z’à l’or ko ment diable oguer ? / Mets sa fée peur. / La ré veau lu tion est en clanc chez » . Plus d’infos.

 9608355-15451460

L’étai Deligny – une pensée de la fabrique (qui me suit partout)

Texte écrit et lu à l’occasion des 30 ans du Collège international de philosophie, Palais de la découverte, Paris, 7 Juin 2013 (en savoir plus)Thème de la journée : « Fernand Deligny : errance et consistance d’une pensée »

———————

Le 6 mai 2013,

Saint-Nazaire

Fernand,

Je le sais, tu n’aimes pas trop les célébrations. Si tu avais été vivant tu ne serais pas venu ici. Tu serais resté au côté de ceux qui sont en vacance de langage. Des retraités de naissance, comme tu disais, qui n’ont pas besoin de faire le moindre geste utile.

Continuer la lecture de L’étai Deligny – une pensée de la fabrique (qui me suit partout)