Archives pour la catégorie Du côté des lecteurs

[du côté des lecteurs] « Transcrire la danse : une affaire de corps à corps »

PAR AGNÈS K. (LECTRICE ATYPIQUE, AVENTURIÈRE ET NEUROLOGUE)

 

 

À lecture de Myth(e), je suis frappée par le questionnement sur l’art. Et le corps. Le corps et l’art.  « Mon corps n’est pas une caméra. Il était debout, vibrant, frémissant d’émotions, c’était lui et lui seul qui recevait ce que le danseur exprimait, c’était donc aussi par mon corps que l’histoire de Myth allait être narrée. » Myth(e) c’est le corps qui danse, ses mouvements inspirés, la respiration saccadée au gré des notes, ce que la musique fait au corps et ce que ce corps habité fait à la rétine. Puis à l’hippocampe, puisqu’il s’agit là de transcrire ce qui ne peut être autre chose qu’un souvenir.

Continuer la lecture de [du côté des lecteurs] « Transcrire la danse : une affaire de corps à corps » 

[Du côté des lecteurs] « À la recherche des Origines du monde »

PAR VALÉRIE GOMA, METTEUSE EN SCÈNE ET DRAMATURGE
(extrait de correspondance)

(…) Je n’étais pas loin de penser comme l’ami Nantais, dans ce vain exercice de réappropriation du mouvement dansé par l’écriture, que seules pourraient valoir la peine une posture ouvertement critique, extérieure et détachée ou alors une oeuvre totalement fusionnelle, poétique et transcendée…
(…) Cette « chronique » trouve réellement son achèvement dans ses deux dernières pages – sa chute véritablement, qui donne une clé de cette quête métatextuelle :  la recherche des mots de la danse qui pansent les maux du deuil, qui dépensent le temps dans le déplacement d’une énergie créative où l’on se jette par procuration, comme on aspirerait à retrouver des réjouissances de l’enfance au sein d’une nouvelle famille – la famille de la danse, de ces bandes artificielles de saltimbanques temporairement fusionnés autour d’une aventure-spectacle.
A la fin on est saisi par ce temps suspendu d’une aventure corporelle condensée dans les doigts au clavier, cons dansés dans la quête orgasmique ou l’enquête organique des origines – cri déchirant final de l’Origine du monde qui arrive à sa fin.

[Du côté des lecteurs] « Extraits de correspondances avec le poète J.-L. Giovannoni »

Correspondance publiée avec l’accord du poète. Dans ces extraits, il donne ses retours de lecture de  Myth(e) – version juin 2009.


Le 09 août 2009

« Cher Joël,

Quel beau livre ! Très sincèrement. Un véritable voyage. Une aventure. Avec en son centre cette incapacité à traduire une chose en une autre. Exactement ce qui se passe à chaque instant de notre vie.

À la moindre respiration, sensation : ceci ne passera pas dans cela. À jamais décalé. Toujours pris dans le jeu de l’entre. Dans ce battement où ça franchit sans passer entièrement.

Continuer la lecture de [Du côté des lecteurs] « Extraits de correspondances avec le poète J.-L. Giovannoni » 

[Du côté des lecteurs] « Depuis son canapé rouge »

PAR LAURA PLEIGNET (LECTRICE FOUESNANTAISE)

Comment écrire sur le mouvement ? Sur une création en mouvement ? Un texte fini sur un travail délibérément et à jamais « non fini » ? Comment exprimer, dans le même élan, sensations, idées, gestes ? Celles, ceux, du chorégraphe, des danseurs, des spectateurs ?

Joël Kérouanton sort par le haut de cette quadrature aux cercles multiples : en narrateur multiple. Depuis son canapé rouge magenta en bord de scène, il regarde le spectacle en train de s’inventer, il le fouille, il écrit sur la danse. Il écrit sur lui. A la fois dedans et dehors ; créateur, acteur, observateur.

Bien-fondé de son projet, style d’écriture, fil narratif… : il doute, cherche, choisit. Comme le chorégraphe, comme les danseurs, qui doutent, cherchent, choisissent. A côté d’eux. Avec eux quand il traverse le plateau, leur parle, les écoute. C’est lui qu’on suit dans l’aventure des autres.

Il parle depuis une place enviable et intimidante ; rare ; celle d’un créateur créant sur une création. Une place qui l’a inspiré.

 

[Du côté des lecteurs] – « A la recherche des pas perdus »

Par Danièle Geerbrant, blogeuse proustienne

C’est un écrivain original, fantasque, étonnant, spontané et généreux, amazing disent en un mot les Anglais, que j’ai rencontré il y a dix jours, il présentait son roman qui lui ressemble, un livre hors du commun.
C’est l’histoire d’un spectateur, de quelqu’un qui a assisté aux répétitions et aux premières séances d’un spectacle de danse créé dans un théâtre d’Anvers.
Anvers est aussi une ville surprenante, entre traditions et avant-garde.

Ce spectacle était Myth de Sidi Cherkaoui, dansé et créé en 2006,
et l’écrivain, Joël Kerouanton, dix ans plus tard, publie son regard intime de cette oeuvre.
Il lui a fallu dix ans pour tout noter, recueillir, trouver les mots, défricher sa pensée, et comme il dit, la force d’une danse, c’est le temps nécessaire pour en énoncer les mots.
Ce spectacle dansé dut être puissant !

Continuer la lecture de [Du côté des lecteurs] – « A la recherche des pas perdus » 

[Du côté des lecteurs] « Méta Myth (ou le roman qui voulait apprendre à danser) »

 

EXTRAIT D’UNE CONTRIBUTION DE MARTIN GIVORS,

À PARTIR DU MANUSCRIT MYTH(E) VERSION JUIN 2015

(en recherche de publication pour revue scientifique)


(…) Kérouanton écrit. Sur la danse, avec la danse, pour la danse, à partir de la danse, contre la danse, pour la littérature ? La danse et ses danseurs, ses chorégraphes, ses spectateurs. Bref. Il écrit quoi, sans nul doute. Mais telle est la question. Il écrit quoi ? Peut-être la danse d’un roman « se faisant »[5], qui saute chute roule se relève et recommence, malgré ses blessures et la lumière qui refuse de poindre au bout du tunnel. Un roman qui se plante, donc qui pousse. Et qui rêve, à l’instar d’un certain Sidi Larbi Cherkaoui, d’« aller dans toutes les directions à la fois »[6]. En attendant l’évaporation, Kérouanton arpente, pérégrine ; Myth(e) est comme une marche à travers l’écriture, de la danse comme de la littérature.

Continuer la lecture de [Du côté des lecteurs] « Méta Myth (ou le roman qui voulait apprendre à danser) » 

[Du côté des lecteurs] « Myth(e), une critique »

PAR MORGAN, BIBLIOTHÉCAIRE (MAIS PAS QUE)

La première fois que je vis Joël, je le trouvai franchement pénible. Qu’Aragon me pardonne mais c’est vrai quoi ! Le bonhomme était invité pour écrire là où je travaillais et j’avais la tâche qui s’annonçait on ne peut plus facile de m’occuper de ses venues cinq ou six fois dans l’année. Une sinécure ! Et puis, nous fîmes connaissance et les ennuis commencèrent. Continuer la lecture de [Du côté des lecteurs] « Myth(e), une critique » 

[Du côté des lecteurs] : « À propos de Myth(e) »

AGATHE MALLAISÉ, LIBRAIRIE L’EMBACADÈRE

C’est à une traversée du corps, par les mots, que vous invite l’auteur : de la chair visqueuse et insolente du nourrisson au crâne froid et éloquent de la tête de mort, il tente, par l’écriture d’en cerner les contours, d’en palper l’essence et l’existence.

Continuer la lecture de [Du côté des lecteurs] : « À propos de Myth(e) »